19 ans après la création de la MONUC, les casques bleus n’ arrivent pas toujours à securiser la polulation. Pourquoi la présence de la MONUSCO ?.

33
0
Partager

C’était le 30 novembre 1999. Ce jour-là, après la signature, en juillet 1999, de l’accord de cessez-le-feu de Lusaka entre la RD Congo et cinq États de la région (Angola, Namibie, Ouganda, Rwanda et Zimbabwe), le Conseil de sécurité créait, par sa résolution 1279, la Mission de l’Organisation des Nations Unies en RD Congo (MONUC).

La mission devait, à l’origine, élaborer des plans en vue de l’observation du cessez-le-feu et du désengagement des forces, et maintenir la liaison avec toutes les parties à l´accord de cessez-le-feu. Par la suite, à travers une série de résolutions, le Conseil avait étendu le mandat de la MONUC au contrôle de l’application de l’accord de cessez-le-feu et lui avait attribué plusieurs autres tâches connexes.
En juillet 2010, par une autre résolution (1925), le Conseil de sécurité la rebaptisait Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RD Congo (MONUSCO) pour tenir compte de l’entrée du pays dans une nouvelle phase.

La nouvelle Mission était alors autorisée à utiliser tous les moyens nécessaires pour s’acquitter de son mandat, à savoir notamment garantir la protection des civils, du personnel humanitaire et des défenseurs des droits de l’homme exposés à une menace imminente de violences physiques, et aider le gouvernement de la RD Congo à stabiliser et à consolider la paix.

La « nouvelle » MONUSCO fut alors dotée d’un effectif de 19.815 soldats, 760 observateurs militaires, 391 fonctionnaires de police et 1.050 membres d’unités de police constituées. En mars 2013, suite à l’importante crise qui avait éclaté au Nord-Kivu en avril 2012 (la rébellion du M23) et en soutien de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la RD Congo, le Conseil de sécurité adoptait la résolution 2098 (2013) par laquelle il créait une « brigade d’intervention » en vue de renforcer les opérations de maintien de la paix de la MONUSCO.

Thierry Kasongo
Rédaction
0990210011

Partager l'article/page

Pas de commentaires

Laisser une réponse